Votre logiciel est protégé par le droit d’auteur (parfois par un brevet) et il est recommandé de l’enregistrer auprès d’un organisme spécialisé.

Vous pouvez ensuite décider de ses modalités d’exploitation.

Vous pouvez vendre le droit d’exploitation de votre logiciel à un tiers ou l’exploiter directement en percevant des redevances d’exploitation en une fois ou sous forme d’abonnement. Vous pouvez aussi l’exploiter comme un logiciel libre ou open source.

Un logiciel libre est un logiciel que le ou les auteurs décident de mettre gratuitement à disposition avec une licence spécifique. Il existe d’ailleurs plusieurs types de licences (GNU, BSD, etc.)

Le logiciel libre est basé sur une vision politique du logiciel.

Un logiciel open source est un logiciel dont la licence respecte des critères spécifiques liés à l’accès au code source. Il est généralement le fruit d’une collaboration entre développeurs.

Prudence si une partie de votre solution est elle-même basée sur du logiciel libre ou open source. Vous n’aurez pas forcément le droit de l’exploiter commercialement et ça pourrait être mis en évidence par un audit de la DSI de vos clients et faire capoter de gros contrats.

Libre ou open-source ne signifie donc pas qu’il n’y a pas de propriété intellectuelle !